Publicité





Conseils démarrage DIY

Conseils démarrage DIY (par Hellvape)

JEU DE QUESTIONS /RÉPONSES

   je souhaiterais éviter une multitude de site pour l’achat des arômes/bases

On est nombreux dans ce cas. Depuis des années.
Et il faudra qu’un Cdiscount du DIY ouvre pour que les idiots viennent nous chialer dans les bras que c’est déloyal.
Cela s’est déjà produit pour d’autres produits, personne n’en a tiré des leçons.

Jusque là tout va bien … jusque là tout va bien … jusque là… 😆

   La base : en 50/50 ou 70/30 à 11mg Revolute est-il un bon choix ? ou existe t-il LA marque ?

Ce sont deux bases très différentes aux rendus très différents.

Le 70/30 c’est des jus fluides, plutôt hiteux et qui dessèchent comme une clope. Compatibles avec tout ou presque, qu’ils soient chargés en arômes ou pas. Il est possible de vaper en ninja juste en gardant plus longtemps la vapeur, tu ne recracheras rien de visible une fois la vapeur refroidie.

Le 50/50 produira une vapeur plus épaisse avec une sensation plus « physique » du passage de la vapeur en bouche et en gorge. Mais le hit sera moins musclé et tes muqueuses s’assécheront moins. Certains consommables commencent à souffrir à ce taux ci, et peuvent éventuellement te coûter cher en résistances de rechange. Renseignes toi par précaution au cas où, mais c’est sur reconstructible que tu en profiteras le mieux.

Non, tu ne trouveras pas la meilleure base du monde à ce prix là et oui il existe des différences de qualités comme n’importe quel produit.
Surtout au niveau des bases nicotinées. Par exemple. Certains PG sont juste bon pour servir de caloporteur anti-gel aux panneaux solaires,
d’autres sont utilisés en neurochirurgie. L’écart de prix de ces deux produits n’est pas de l’ordre de 10€ par litre, tu imagines bien.

Certaines VG viennent du colza, du palmier et je vais zapper les autres. Dans les deux cas de figure il faut bien se visser dans le crâne que ce sont des corps gras à la base, de l’huile pour faire simple. Le détail qui fâche c’est que cette VG dont beaucoup raffolent (dont je fais partie) est un sous produit. Une sorte d’épluchure industrielle en quelque sorte, ce n’est pas un produit en tant que tel. Ce qui veut dire que la qualité de ce résidu dépend essentiellement de ce qui est produit en amont. Inutile de te dire pourquoi je préfère de la VG issue de l’extraction d’acides plutôt que de la VG issue des « champs jaunes de pétrole » qui pullulent dans ma région.

La VG bio est à proscrire, même si on nous a matraqué à grand coup de marketing que bio=sain. C’est pas le cas, sa pureté insuffisante n’est pas adéquate à notre utilisation. Un bon VG ne peut être bio car tout simplement le procédé pour l’obtenir ne l’est pas. Il n’y a pas de marmotte.

Le glycérol s’il est le résidu de la transformation de l’huile de palme à destination de l’agroalimentaire (nutella etc…), son degré de pureté le rend presque gratuit. Le rendre pur le rendrait aussi innaccessible au commun des mortels en terme de prix.

Que ce soit en PG ou en VG, il y a des normes strictes pour les applications pharmaceutiques et c’est notre cas même si on ne nous donne même pas le droit de le dire.

USP : US Pharmacopeia
JP : Japanese Pharmacopoeia
BP : British Pharmacopoeia
PF : Pharmacopée Française

Ce sont des normes qui sont nos garde fous, elles établissent le minimum vital nécessaire pour ne pas vaper des tonneaux de PG/VG destinés à la destruction. C’est ça marrez vous ^^, mais dans ma quête du DIY j’en ai vapé plus d’une de ces bases pourries. Et je ne parle même pas de la nico destinée au phytosanitaire là.

Et là vous vous empressez de regarder vos flacons, surfer sur le site du fournisseur et ho joie, ho bonheur, le gentil gérant vous assure que c’est la meilleur base du monde bio 100% éthique et que si il la vend ce prix là c’est parce qu’il vous aime. Pas parce qu’il l’a récupéré gratos comme on récupère l’huile de friture dans les restos.

Vous n’avez qu’une seule manière de ne pas vous faire enfler : en exigeant les MSDS et tous les certificats d’analyses de votre fournisseur. S’il achète des produits aux normes, il a ça en stock.Ainsi que le certificat de la nicotine pure utilisée dans les bases. Je ne suis pas encore tombé sur un farceur mais je prend l’habitude de vérifier aussi la source du document dès que j’ai le moindre doute.

Cela peut paraître un peu dingue mais quand j’achète des bases nicotinée c’est pour une période de 48 mois, 1 heure de vérification pour 48 mois de paix et de bonne vape… c’est rien, même en étant une feignasse patentée.

Donc nous voilà avec un litre de VG USP, est ce que c’est la meilleure du monde pour autant : non. Mais au moins elle est saine à vaper. A vous ensuite de fureter pour trouver vos marques selon vos préférences et votre budget.

LA marque, c’est celle qui à la base ne vous prend pas pour un pigeon en vous faisant vaper n’importe quoi. Le reste ça tiens pour moi de la préférence perso.

Ouais mais alors une base pourrie comment on le voit ?

Dès qu’il y a une sensation de gêne que ce soit au niveau :

– des bronches : sifflement, gargoullis, sensation d’oppression, fourmis

– de la peau : surproduction de sebum, apparition de petites constellations de boutons, assèchement des lèvres et du nez
(qui provoque saignement au mouchage)

– de la bouche : picotement, sensation d’anesthésie sur les cotés, bouche très pâteuse, langue très chargée, léger gout de plastique (comme une bouteille laissée au soleil) ou de carton

– du nez : assèchement qui provoque de petits saignements réguliers, vapeur qui remonte dans la narine ultra agressive, arrière odeur de caoutchouc/plastique brûlé, écoulement léger chronique soudain (pseudo rhume)

– de l’estomac : renvois gastriques, légère « barre » mais permanente

Ce sont tous des symptômes que j’ai identifiés et corrélés avec des tests sur des bases pourries. Elles se sentent à la vape, c’est caricatural la différence de rendu, mais pour ça il faut avoir connu déjà au moins une base irréprochable. Et Rome ne s’est pas faite en un jour pour moi … j’avais pas de radars et les seuls discussions du forum ne tournait pas autour de la qualité mais du prix seulement. Gruger sur ce que l’on consomme le plus pour se payer des mods au delà de nos moyens c’est une stratégie comme une autre, je préfère personnellement mettre le prix dans le DIY et vaper sur des clones.

C’est évident aussi qu’avec un rhume carabiné ou une grippe, ça va être dur de déterminer quoi que ce soit. Mais si vous êtes en pleine forme et que les symptômes sont corrélés jour pour jour à l’utilisation des bases … il est tant de vous posez la question : vais je continuer à vaper de la ***** ? combien je vape de ces bases en un an ? Perso je suis à 5 litres, autant vous dire que le moindre changement de qualité je le sens passer et que ça m’a rendu ultra sélectif.

Et c’est évident qu’avec un matos blindé de plastique ou mal utilisé ça va être compliqué à déceler. Dans le doute, revenez en aux MSDS et aux analyses. Il suffit que vous tombiez sur une seule bonne base, et on ne vous enflera plus de si tôt après.

Si tout le monde la boucle et qu’on laisse filer, on va encore se condamner nous mêmes à importer comme des gorets et les shops à patauger dans l’ignorance. Qu’il y ait des nervis en service commando j’en ai plus rien à cirer, c’est pas non plus un terrain de chasse ce forum. Et puis le terrorisme intellectuel ça me stimule plus qu’autre chose.

C’est du vrac, et même en résumant ça fait long. Mais j’ai trop croisé de gens à qui on a sauté à la gorge pour une recherche en qualité et pas en prix.

C’était le « LA » qui a fait débordé le vase Huskel, j’aurais au moins la satisfaction d’avoir pu être honnête avec un débutant et lui donner les clés de l’exploration sans citer aucune marque. Je suis pas un homme sandwich et je suis pas financé en nature ou en espèces pour venir ici.

   Après lecture du forum j’aimerais m’orienter essentiellement sur la marque Capella, avez-vous d’autres marque à me conseiller pour des recettes gourmandes ou fruitées ?

C’est une de mes gammes préférées pour ses gourmands. Sur le fruité j’aime ce que propose Excellence Flavor et dans une autre mesure Lorann Oil (il faut trier, ils ne fonctionnent pas tous).
L’avantage du capella c’est que c’est une gamme facile à maîtriser, quasiment tous les gourmands peuvent s’assembler ensemble avec des dosages cohérents. Flavour Art, qu’on a tendance à oublier, est plus diversifié et demandera plus de tests indépendants.

Autant que possible, essaies de sortir du mono-arôme. Cela t’évitera de jeter beaucoup d’arômes qui peuvent s’avérer ultimes en mélange. C’est quand je me suis rendu compte que c’était stupide de jeter un arome que j’ai commencé à les collectionner, et que je me suis mis à cloner et chercher à cloner les 5% de liquides commerciaux que j’achète par an. Aussi.

   Ais-je besoin d’avoir des additifs de type supersweet ou koolada dans un autre registre ou les arômes se suffisent à eux-mêmes ?

Les additifs rajoute ce petit « plus » que les commerciaux ont. Le kit qui m’est vital :

– ethyl maltol (non ça sucre pas, son action est bien plus complexe que ça, essayez donc voir avec un tabac pur vous allez comprendre votre erreur)

– ethyl vannillin (là je crois que j’ai pas besoin de commenter, éviter d’en utiliser avec les custard qui en sont déjà saturées, tes papilles saturées vont croire que ta custard est peu puissante sinon)

– sweetner (je trouve le super de CAP très économique et bon)
– RTS Vape wizard (mieux qu’un « steeping ouvert en plein cagna de trois mois » qui frelate sa nicotine, pas besoin d’acheter des bases de combat si c’est pour les éventer d’ailleurs)

– acide malique (rend joyeux tous les fruités, c’est la petite touche qui les fait danser)

– trimethyl pyrazine (ce qu’utilise halo pour corser ses liquides, additif dur à maîtriser tu peux passer de la cacahuète grillée au « fumé au bois de chêne » en l’espace de moins de 1% selon les formules, mieux vaut acheter du 10% quand on débute)

– gaiacol (utilisé par halo à la louche aussi, donne un coté « rance » légèrement fumé mais le bon rance, johnson creek en utilise une version très concentrée et difficilement trouvable pour des DIYers)

– alcool 90°c (j’évite d’indiquer que je l’utilise dans mes recettes mais je ne jure que par ça, aide énormément avec certains liquides chargés pour la fusion des arômes avant précipitation dans la base, puis c’est pratique pour récurer les atos aussi)

– cristaux de menthol (c’est le plus rentable et le meilleur au gout. Si tu n’arrives pas à désactiver le gout du menthol par ta formule tu peux prendre du koolada. beaucoup moins économique mais neutre et déjà prêt)

– bitter wizard (l’amande amère sans le gout de l’amande, donne de la pêche au gourmands et aux fruités un peu sirupeux, le juste dosage peut s’avérer difficile mais ça vaut le détour et te sauve la mise souvent)

– DNB (additifs à doser comme du plutonium, très réactif au RTS, donne un peu de réalisme aux tabacs mais peu aussi être utilisé seul pour faire croire qu’il y en a sans avoir la persistance du gout)

– flash (chacun y va de son interprétation mais moi je trouve que c’est relativement neutre, renforce l’agressivité du hit quand tu as un arôme dans ta formule qui le sabre, ou tout simplement pour en avoir plus, ça ne travaille pas seul mais en appui sur d’autres arômes comme l’ethyl maltol)

– eugenyl acetate (dosage plutonium, je le déconseille fortement aux débutants, apporte beaucoup de rondeur aux gourmands et à certains fruités « basiques »[pas acides quoi])

   pour capella faut-il forcer et aller dans les 15% ou 10% suffisent ? En gros ce sont des arômes fort ou léger ?

Des arômes moyennement concentrés. Un arôme fort à 5% t’explose la bouche.

note : j’aromatise en moyenne à 15%/20%, grand total sur plusieurs arômes, un niveau quasi identique au palais que la plupart des jus US dont je suis fan. Ce que beaucoup de débutants ne comprennent pas à cause de la recherche de facilité du mono arômes, c’est qu’un arômes qui seul n’a pas de peps à 10% peu exploser en présence d’un autre arômes à 3% . C’est tout le charme du DIY : une histoire de combinaisons inattendues.

Prends le réflexe de te dire que pour faire un jus « 100% citron mono » il vaut mieux répartir tes 15% dans trois citrons différents de marque différentes, ou 5 même qu’en utiliser un seul à fond. Le jus sera plus fort, plus persistant, plus joueur et donc moins lassant. C’est du mono arômes toujours, mais pas celui d’un newb qui n’évoluera jamais dans son DIY. Ouais c’est méchant mais même le gus qui n’a jamais cuisiné de sa vie peut comprendre aisément ça.

   J’ai lu que plus la proportion de VG dans la base était importante, plus il faut augmenter le % d’arôme, est-ce valable pour toute les marques/arômes ?

cépafau.

Parait que la VG « bouffe » les arômes et que le PG les révèlent. Bizarrement les tisanes commerciales insipides sont presque toutes des formules à fort taux de PG et les plus savoureux sont des full VG.

Bizarrement, même en mono arôme… c’est toujours la VG pure qui donne le plus l’impression de satiété. Peut être que c’est du à la densité de la vapeur, ou à l’âge du capitaine.

Tu peux aussi utiliser du vinaigre dans ton DIY pour faire des messes voodoos pendant le steeping en fût de chêne à la pleine lune. Mais uniquement si t’es en scaphandre et que tu portes deux slips. Sinon tu vas foirer grave, reprendre la clope et te mettre à collectionner les couvercles de camembert.

   J’ai vu que les avis concernant le temps de steep sont multiples et divergents, donc je pense que c’est à moi de faire ma propre expérience à ce niveau.

Dis donc, c’est que je commence à t’apprécier toi ^^ Un débutant en DIY pragmatique ça donne envie de pleurer de joie après le cinoque qui m’est tombé dessus y’a peu.

   n’hésite pas à embarquer le Lemon Meringue Pie, il est vraiment excellent.

Une tuerie, oui. T’en fais ce que t’en veux de cet arôme c’est un régal. Bon faut aimer le citron à la base hein.
Mais le Key Lime de Lorann est en dessus en terme de finesse et de persistance dans la même veine, il est un peu plus réactif donc un peu moins facile à maîtriser mais alors … il bute tout.

C’est pas compliqué j’en ai jamais pour tester de nouvelles recettes, ça s’évapore très vite faut faire gaffe ^^ Faut pas passer à coté. Un peu de sweetner, un peu d’acide malique, n’importe quelle assemblage de deux (bons) fruits en sus … et ça marche à tous les coups.

Si t’aime la cannelle n’hésite pas à prendre le cinnamon danish swirl

Mon préféré des cinnamon pour son gout mais il faut bien le conserver au frais et pas ouvrir la bouteille tous les matins ^^, il tourne vite en s’affadissant sinon. Je le couple généralement à celui de PA, ce derniers procure un hit monstrueux et rond comme un boulet de canon. Plus épicé, moins goutu. Les deux ensemble bien dosé ça devient franchement ludique.

 on se retrouve avec une vraie collection

Et ce que tu dis pas petit cachottier c’est que c’est à partir de ce moment là que ça devient très intéressant et très compétitif

Note aux newbs : Ne jetez jamais un arôme qui vient d’une bonne gamme. JAMAIS. Même si vous le détestez seul et surtout si vous le détestez seul même. Un beau jour, il va tomber inéluctablement dans une formule qui va vous le refaire découvrir.

J’ai horreur de la banane. Mon all day du moment est basé sur le bana cream ^^
J’ai horreur de la réglisse. Pourtant j’en utilise une très puissante dans un menthol que j’aime beaucoup pour reset mes papilles.
etc …





Publicité





A voir aussi !

Translate »
Le DIY Pour Les Nuls
×
Menu